Depuis quand voles-tu ?

Depuis 1992 ! mais pas tous les ans et fort peu chaque année (de l’ordre de 5 à 10 heures). A défaut de pratique plus intensive je n’ai jamais vraiment réussi à sortir du bocal. Maintenant que je suis d'avantage disponible je compte bien rattraper mon retard.

Avec quel matériel voles-tu ?

Une nova ion5 xs light, une radio et c’est tout (enfin avec une sellette quand même). J’essaie de progresser avant d’acheter le vario.

Quelle est ta pratique ?

Depuis mon stage d’initiation à l’UCPA en 1992 (dans le massif du Lachens), j’ai alterné pratique autonome (Milhau, Aiguebelette) et retour en stage de perfectionnement / cross / pilotage en école.
Essentiellement aux Saisies et tout autour (avec Les volatiles) mais aussi à Accous dans les Pyrénées, Annecy (Les passagers du vent), Ceillac, Morzine, Orcières.
Depuis mon entrée à Tassin parapente (en 2020) j’ai fait (cet été) 2 sorties club dans le Vercors et environ une dizaine de sorties solitaires sur les sites de Quincié et Mont-Myon. C’est petit mais commode pour qui a besoin d’apprendre à sortir du bocal : trop vite posé, vite remonté au déco.

Pourquoi es-tu à Tassin Parapente ?

Pour entrer vraiment dans le milieu du parapente et profiter de l’expérience de pilotes aguerris. Pour cette année 2021 je vise de réussir quelques cross en suivant les leader.
Egalement pour le plaisir de rencontrer du monde et de profiter de l’ambiance club dans une pratique qui me plait entre toutes. J’ai trouvé top sympa l’accueil du club et la journée barbecue chez Jean-Claude.Quant au choix du club j’ai d’abord été guidé par la proximité géographique (j’habite près du point du jour à Lyon 5 ème ). Mais au-delà de ce 1 er critère le site internet m’a séduit.

Pourquoi voles-tu ?

Comment dire ? comment est-il possible que certains n’aiment pas voler ? C’est magique. J’adore le décollage qui nous fait entrer dans la 3 ème dimension et l’atterrissage qui ramène à une dimension plus apaisante. Entre les 2 j’adore aussi bien sûr mais il est temps pour moi de sortir du bocal et de réussir à voler vraiment sinon ça finit par être frustrant. Mais c’est pour bientôt…

Quelques beaux souvenirs de parapente ?

J’ai deux souvenirs forts. Le premier c’est mon premier déco en autonomie complète à Milhau (déco du Puncho d’Agast) ; j’ai été contré par un vent de 20 km/h qui m’a rapidement envoyé à l’atterro mais peu importe, même modeste, la satisfaction de l’autonomie était là.
Le second est mon 1 er (micro) cross : après avoir décollé de Montmin j’ai suivi des parapentistes qui allaient vers les dents de Lanfon et je suis revenu me poser à Doussard après 2h30 de vol. J’étais tellement content que je me suis posé sans réfléchir en vent arrière (faible heureusement).