Depuis quand voles-tu ? 

De 2002 à 2010 j’ai fait une soixantaine de vols en école (UCPA LPDV ...). Mais à raison d’une semaine de stage par an, et sans matériel personnel je progressais peu et j’ai fini par mettre cette activité en pause.
En 2016 une amie m’a proposé de m’y remettre. Et j’ai acheté ma première voile en 2017 pour ensuite m’inscrire à TP.

Avec quel matériel voles-tu ?

Une Alpha 6 de chez Advance m’accompagne depuis 2017 et je ressens depuis peu le besoin de passer sur une B- pour être moins contré en vent de face. Très pénalisante sur les transitions l’Alpha 6 m’a néanmoins permis de me sentir en sécurité durant ces premières années de progression.
Sellette Sup’air Access un peu lourde mais confortable pour ma pratique.

Quelle est ta pratique ?

Je vole 20 à 30 heures par an.
J’essaie de sortir du bocal pour faire mes premier cross. J’ai réussi mon premier A/R Saint Eynard en 2021 et quelques vols d’un peu plus d’une heure.
J’aimerai faire plus du vol montagne… peut être Chamrousse - Chamoux cette année.

Pourquoi es-tu à Tassin Parapente ?

Pour trouver des conseils et une ambiance de groupe, une bande de potes.
J’ai beaucoup de difficultés à analyser la météo. Décoller seul en totale autonomie n’est pas une évidence pour moi. Voler en club permet de mieux comprendre les conditions du jour et de suivre les leaders sur les débuts de cross.

Pourquoi voles-tu ?

Le parapente oblige à être ancré dans l’instant présent.
C’est une extraordinaire école de connaissance de soi (la phrase ne doit pas être de moi... j’ai du la piquer à quelqu’un du club lors d’un apéro ;o) qui oblige à se dépasser un peu à chaque vol (ou essayer de ne pas trop régresser certains jours).
On se sent totalement vulnérable et on est dans l’obligation de faire confiance au matériel, au vent, aux éléments… Mais en même temps on perçoit la nature sous une autre dimension.

Quelques beaux souvenirs de parapente ?

 Mon premier plafond à 3000m dans les Dolomites.
Le voyage à la Réunion de 2021.