Récit du déroulement des 2 journées par JB DUMANOISDSC00959

Tanguy et moi nous retrouvons à 6h15 sur le parking de Bron Dimanche matin. Ça pique un peu mais l’excitation est là. La météo a permis aux organisateurs de la compétition des Saisies de confirmer l’évènement. Nous roulons déjà pour arriver sur place synchro avec Vito, qui lui est venu d’Annecy. Nous serons plus de 90 pilotes à pointer ce matin-là au pied du télécabine de la Rosière à Bisanne 1500 (Les Saisies) où est installé le QG de l’organisation. Petit déjeuner tous ensemble, puis rapide briefing et « élection » du comité de pilote (qui définira le parcours de la manche) et enfin récupération du casse-croûte du midi ainsi que du forfait Télécabine pour monter au déco. Tout cela, ainsi que les navettes pour la récup est compris dans les 20€/jour demandés à l’inscription… C’est un peu lent, mais nous finissons par nous retrouver en haut du télécabine …  avec les skieurs qui nous passent autour et les pieds dans la neige. Neige dont est encore recouvert le décollage de Bisanne (1944m). Nous mangeons nos sandwiches, fournis par l’organisation, puis après confirmation de la zone de décollage, nous commençons à préparer les voiles. Une manche de 55km qui doit nous amener du côté de l’Ébaudiaz est affichée sur un tableau. Tout s’accélère brutalement. Rentrer la manche dans le vario-GPS. Entrer les numéros de téléphone de l’organisation dans le tél. Les fréquences dans la radio. La fenêtre de décollage s’ouvre. Les premiers pilotes décollent. Vito est en l’air. La brise de pente s’inverse. Les manches à air montrent un vent de cul sur le déco. C’est le bazar. Tanguy est en l’air après un décollage dos-voile. Ça brasse dans la neige. Puis…le calme (relatif)… je suis finalement également en l’air.

Ça monte bien et me voilà avec tous mes congénères dans une belle grappe bien formée et multicolore 300m au-dessus du déco vers 2250m. Les conditions sont vivantes mais plutôt seines avec moins de vent que la météo ne le laissait croire. Trop de voiles, difficile de savoir où sont Vito, et Tanguy. Après le Start et quelques balises dans le secteur des Saisies avec des plafonds dépassant difficilement les 2400m, nous traversons du côté du Mont Mirantin puis à l’approche de la traversée de la Tarentaise, les plafonds deviennent beaucoup plus difficile à faire, la brise se renforce, je n’arrive pas à monter suffisamment haut pour assurer la transition et me jette dans la traversée par dépit pour vacher quasiment en même temps que Vito sur une belle pelouse de stade de foot à l’entrée de la vallée. La récup nous ramène au QG où nous retrouvons Tanguy qui, plutôt que de forcer le passage en fin de vol, a fait demi-tour en milieu de la vallée pour se refaire et rejoindre l’atterrissage officiel de Marthod/Ugine et ainsi attendre le but de la manche, mais… il lui manque quelques balises en chemin ;o). Un bon tiers des pilotes (qui ont passé la Tarentaise plus tôt ? Ou avec des voiles pénétrant mieux dans la brise ? Ou juste meilleurs que nous ;o)  ) ont tout de même réussi à boucler la manche.  Quelques bières et un dîner tous les 3 ensemble pour débriefer le baptême du feu de Vito et Tanguy. 3 heures de vol, une 30aine de km sur un site inconnu, et un plan d’action instruments de vol pour être d’attaque le lendemain.

On remet ça le lundi matin. Vito, qui était retourné sur Annecy passer la nuit, nous rejoint pour le petit-déj. La même séquence de préparation que la veille se met en place, mais cette fois-ci les conditions météo semblent plus généreuses : moins de vent, plafonds plus hauts et bien matérialisés, couche d’inversion moins évidente que la veille en basse couche. D’ailleurs la brise s’établit bien vigoureuse sur le déco. Une manche de 55km, très différente de la veille est lancée. Dans les grandes lignes : Bisanne – Mont Vorès - puis transition sur les Aravis – Tête du Torraz au-dessus de Praz sur Arly – Mont Charvin – Retour aux Saisies par Ugine – Montagne d’Outray – But sur le plateau des Saisies.

Nous nous mettons tous assez rapidement en l’air et attendons 30-45min l’heure du start en jouant avec la base du nuage qui est vers 2500m. La course est lancée et … ça commence mal. Tanguy et moi faisons chacun de notre côté la même erreur en arrivant dans le secteur du Mont Vorès trop bas pour franchir la crête qui permet de passer coté Val d’Alry. Nous devons faire marche arrière pour retrouver un bon thermique. Vito, après un bon placement au Start, avance sur une ligne un peu décalée en vallée et se fait appuyer sur la tête. Il ne parviendra pas à ressortir (a posteriori, des locaux nous diront que le phénomène est connu ?). De notre côté, après beaucoup de temps perdu, et de nouveau au plafond, mais pas ensemble, nous continuons le parcours de façon moins chaotique avec un très beau passage dans les Aravis avec des plafonds autour de 2600m. De retour dans le secteur des Saisies, les conditions se sont renforcées et nous faisons nos plus gros varios dans des conditions musclées (Tanguy y enroulera du +8m/s instantanés en se faisant un peu malmener).
Je transite vers la dernière balise sur la montagne d’Outray où un dernier plafond à plus de 2800m me donne une superbe vue sur l’ensemble du Beaufortain. Avec ce plafond, le retour aux Saisies est facile et me permet de boucler la manche. Je retrouve Tanguy à l’atterrissage qui, suite à son tour de manège, a shunté la dernière balise mais réalise presque l’intégralité de la manche. Nous retrouvons Vito au QG et partageons une bière pour à nouveau débriefer la journée. Beaucoup de premières fois en juste 2 jours !! Premiers vols au Saisies, première vraie manche à rentrer dans les instruments, Première grappe à 90 pilotes, premier start, premières balises. Nous n’avons pas les résultats mais ce qui est sûr c’est que nous ne sommes pas premiers, mais pas derniers non plus   ;o)   Avis aux amateurs ! c’était seulement la première de la saison !

Retour d’expérience par Tanguy DUFOUR

Fin janvier, Jean-Baptiste adressait quelques lignes à la mailing list des pilotes BPC du club :

« Comme évoqué en AG TP, je compte me réinscrire à quelques compétitions de distance  parapente catégorie "Sport" organisées dans le cadre de la FFVL sur 2022 et je recherche des copains car, plus on est de fous .... »

Cela faisait quelques années que j’entendais parfois que la compétition était un moyen sympathique et sécurisant de progresser et de découvrir de nouveaux sites. Mais bon, le mot compétition, ça impressionne un peu, et ça ne parait pas a priori si sécurisant… Mais après tout, pourquoi pas ? Jean-Baptiste ne me fait pas vraiment l’impression d’un furieux pilote, avide de victoires à tout prix. Et s’il y a des explications à destination des pilotes, qu’il y a apparemment chaque année beaucoup de tous nouveaux pilotes qui s’inscrivent à ces compétitions, c’est peut-être gérable… ?

Allez, c’est décidé, je réponds positivement à l’appel de JB et mets mon nom sur son tableau partagé, et je prends rendez-vous chez le médecin pour récupérer le précieux sésame, un certificat médical de non-contre-indication au parapente, avec la mention « en compétition ». Me voilà prêt !

Euh, non, pas tout à fait ! Il faut encore que je renouvelle ma licence FFVL, et que je prenne l’option carte compétiteur. Voilà, c’est fait ! Je vais donc pouvoir m’inscrire aux quelques compétitions que j’ai retenues dans le calendrier « Alpes du Nord » : je participerai aux manches de Les Saisies Bisanne 1500, Saint-Hilaire-du-Touvet, Samoëns et Mieussy. Ah non, pas possible ! Il faut encore que j’envoie mon certificat médical à la FFVL pour que ma carte compétiteur soit valide. Je peux désormais m’inscrire aux épreuves sélectionnées, et j’envoie enfin les 2 chèques de participation aux frais de chaque épreuve (17 à 20 € par jour selon les compétitions). Mais bon, il s’est passé 7 ou 8 semaines depuis le début, et je me retrouve sur liste d’attente pour toutes les épreuves, et celle de Samoëns est finalement annulée.

Finalement, nous serons 3 pilotes à répondre présent à l’appel de Jean-Baptiste : Vito Maglione, Alexandre Vallon et moi.

JB nous gratifiera d’une session Teams, afin de nous expliquer plein de choses pour démystifier le déroulement d’une journée de compétition, expliquer les différents types de manches et la façon de les formaliser avec une succession de balises GPS puis de les programmer dans nos vario-GPS, et de répondre à toutes nos questions ou nos inquiétudes…

La suite, vous la connaissez déjà. Elle est parfaitement racontée par JB ci-avant. Deux journées magnifiques, la rencontre de plein de pilotes sympathiques dans une ambiance très bon enfant, pas du tout le sentiment de participer à une compétition mais plutôt à un jeu de piste aérien où après la « découverte » de chaque balise, on se lance à l’aventure vers une autre balise, des paysages splendides dans un terrain de jeu quasi inconnu, quelques petites émotions quand la masse d’air joue un peu avec nos chiffons, et comme toujours, une bonne bière en terrasse au soleil avec les parapotes pour partager nos exploits du jour !

Je pourrai aussi souligner qu’il faut apprendre à valider les balises correctement (et s’assurer de bien comprendre comment son instrument de vol formalise la validation effective d’une balise), cela évite par exemple la déception de s’apercevoir que la balise qu’on pense avoir validé une heure plus tôt ne l’a pas été ! Je me suis aussi aperçu que la masse d’air est, au départ, bien balisée par plein de parapentes, mais que rapidement, ils sont loin et qu’il faut bien suivre les balises sur son instrument… Mais on trouve quand même d’autres retardataires avec lesquels trouver et enrouler les thermiques, pour bien assurer les pleins et essayer de progresser aussi loin que possible sur le parcours.

Autant le premier jour, j’étais content d’avoir refusé l’obstacle invisible de la forte brise de l’entrée dans la vallée de la Tarentaise, qui m’a permis de rallier l’atterro officiel et donc le goal, au prix d’un raccourci dans le parcours…, autant le lendemain, je pourrais regretter de n’avoir pas été un peu plus confiant, parce qu’avec le recul et le feedback de JB, je me dis qu’il aurait été vraiment chouette d’oser se jeter sur la dernière balise, qui était probablement beaucoup plus accessible que ce que ma confiance, écornée par un thermique un peu puissant, me laissait entrevoir… J’aurais été drôlement fier de boucler complètement cette superbe manche. Peut-être une prochaine fois…

En tous cas, j’ai déjà trop hâte de retrouver Vito et sa bonne humeur, JB et ses bons conseils, lors d’une prochaine épreuve, et Alex qui devrait compléter notre Team et apporter sa bonne énergie😉, et j’espère qu’on aura d’aussi bonnes conditions que celles de ce weekend de Pâques !

Un grand merci à JB pour l’initiative, pour nous avoir transmis l’envie de faire le pas et nous avoir si bien accompagné en préparation et tout au long du weekend.

Et pour les amateurs, il n’y a plus qu’à bosser votre BPC, ou à vous inscrire et nous rejoindre si vous l’avez déjà ! Nous serons ravis de partager nos expériences 😊 !

 pdf Version PDF

  • 20220417_130100
  • 20220417_160813
  • 20220417_160814
  • 20220418_113832
  • 20220418_113836
  • 20220418_113914
  • 20220418_113917
  • 20220418_114238
  • DSC00951
  • DSC00952
  • DSC00954
  • DSC00957
  • DSC00958
  • DSC00959
  • DSC00960
  • DSC00961
  • DSC00962
  • DSC00963
  • DSC00964
  • DSC00965
  • DSC00967
  • DSC00970
  • DSC00975
  • DSC00976
  • DSC00977
  • DSC00979
  • DSC00980
  • DSC00981
  • DSC00985
  • DSC00986
  • DSC00987
  • DSC00988
  • DSC00989
  • DSC00990
  • DSC00991
  • DSC00992
  • DSC00993
  • DSC00994
  • IMG-20220417-WA0002
  • IMG-20220417-WA0003
  • IMG-20220418-WA0003
  • IMG-20220418-WA0004
  • IMG-20220418-WA0005
  • IMG-20220418-WA0006
  • IMG-20220418-WA0007
  • IMG-20220418-WA0010
  • IMG-20220419-WA0001(1)
  • IMG-20220419-WA0001
  • IMG-20220419-WA0002
  • IMG-20220419-WA0003
  • IMG-20220419-WA0004
  • IMG-20220419-WA0005
  • IMG-20220421-WA0000
  • IMG-20220421-WA0001
  • IMG-20220421-WA0002
  • IMG-20220421-WA0003