Un beau vol de 148 km

Salut les condors,

Suis super heureux car j'ai pu faire un beau vol de 148 km mardi dernier (11 août) au départ de Gresse-en-Vercors avec atterrissage près du Grand Bornand le tout en 6H40 de vol. J'ai tout eu : parfois c'était de la bombe, parfois des points bas à en pleurer, parfois plumes contre plumes en compagnie de 2 aigles bref ce jour là j'ai fais parler la poudre.

La trace GPS

« S'il n'y avait pas de ciel, les oiseaux tomberaient » 

J.C Van Damme

Un bon cross se prépare la veille et parfois même l'avant-veille. Cette fois-ci je sens que la météo est bonne, une tendance sud-ouest me poussera vers mon objectif c'est-à-dire : le plus loin possible !

Nous sommes en août et il y a peu d'amateurs pour un cross dans le Vercors malgré ma relance sur le site du club. Qu'importe, levé 5 heures du matin, arrivé au Monestier-de-Clermont où je laisse la voiture. Le stop fonctionne merveilleusement bien et j'arrive au déco seul dans une belle lumière matutinale.Une douzaine de parapentiste arriveront deux heures plus tard, flairant le bon déco qui va bien. Je me prépare et décolle comme un âne vers midi, manquant de me prendre la manche à air. Faudra que je prenne le temps de refaire du gonflage, ça fait désordre et puis ça peut être périlleux…

Pour décoller de Gresse-en-Vercors deux options s'offrent à toi pilote du flying circus of Tassin parapente :

  • vers le Nord, prendre 200 mètres de gain puis filer vers la crête de la Férrière, au point le plus haut prendre le repère du télésiège et « feu » sur les faces Est du matin.
  • Vers le Sud, partir à 2400 mètres et filer vers le Grand Veymont. Attention, c'est très beau !

Donc c'est ce que j'ai fait en laissant le Mont Aiguille sur ma gauche. Les randonneurs arrivés au sommet me saluent en sortant de leur sac leur sandwich et c'est parti pour les crêtes, trop facile quoi !! Et puis après avoir passé les Deux Sœurs, le doute puis la panique : je descends irrémédiablement, sans comprendre. Je passe en Ouest, sans doute trop tôt, c'est la fin du vol…

Mais alors que j'allais m'aligner pour aller poser dans une clairière à moins de 100 d'altitude le bip du vario s'agite et, avec l'énergie du désespoir, je noyaute un thermique faible puis plus puissant : je suis sauvé, à moi la Chartreuse !

2700 mètres, je suis large : je peux enquiller la transition, manger un bout, boire et arriver au St Eynard à l'aise. Pas grand monde dans les parages, nous ne sommes que deux parapentistes à monter à la Dent de Crolles, je passe bientôt sur les faces Ouest puis le Granier est à ma portée. Transition sur les Bauges, je me dis que quoi qu'il arrive je continuerai le plus loin possible, quitte à dormir dans ma voile cette nuit !

La Galoppaz est passée et j'approche du Roc des bœufs, puis traversée du lac d'Annecy et je reprends du gain pour me diriger vers le Grand Bornand, mon but ultime. Je passe Thônes, tente les faces Ouest mais le thermique devient rare vers 18H30 et je pose après 6H40 de vol, heureux bien sûr.

Un vol de 148 km c'est bien diront certains, mais alors : tu fais comment pour revenir à ta voiture peuchère !! Il faut un peu de chance : le stop a bien marché et un couple à la retraite m'a déposé à la gare de Perrache. Il m'a fallu quand même poser une demie RTT pour aller chercher la voiture en train le lendemain mais ça ce n'est rien parce que les images du vol sont gravées dans le disque dur de mon cerveau, et ça bon sang, ça vaut tout l'or du monde…

Rico, le roi du vario :-)

Qualification biplace
Grace à notre nouveau Bi club Sora2, Jean Baptiste...